Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juin 2015

Vendredi 19 Juin 2015 - LA NUIT VIDEO

 Les Yeux La Nuit - 11ème édition

“If I can’t dance, I don’t want your revolution.”

Emmma Goldman

 VJing, concerts audio-visuels, art vidéo, docu- mentaires, dancefloor en images, TV party... un éclairage particulier sur les pratiques de l’image vidéo live et les formes d’expressions éphémères. Cette 11è édition

« Les Yeux, La Nuit » se déroulera sous le signe de la fête, envisagée comme un espace de liberté, de lâcher-prise, et aussi d’engagement, de revendication et de création. 

 

flyer_NUIT-VIDEO.jpg

 

 

 

 

Carte blanche au festival VISION’R , rendez-vous international et nomade de l’image live et des réseaux VJ, avec DENUM (cabaret électronique dégingandé), VJ Zano et VJ Nyologsh. « Animal Swing Party », A-li-ce & Swub ( VJ/DJ set, Berlin), animations psychédéliques, paysages magiques et animaux fabuleux envahissent le dancefloor.

Double Fly, collectif d’artistes chinois, actions légères et pieds de nez corrosifs.
Pyjama Party musicale, mais pas seulement, avec Black Metal for my Funeral, Bagarre, Zad Coquard, Regis Turner et Ultra Dance.

Des artistes vidéastes et cinéastes (Clément Cogitore, Yvette Neliaz, Alexis Langlois, ...).
Écrans ouverts à la jeune création, des productions d’étudiants de l’ENSA Nancy, de l’ÉSAL Metz et Épinal, du Grand-Est et d’ailleurs et de jeunes artistes.

Des documents sur la culture club, le mouvement des fêtes de rues en Angleterre et des évènements qui proposent de s’affranchir des codes classiques de la fête.
DJ set de Digital Carnaval et LRMCH

flyer_NUIT-VIDEO-2.pdf

 

 
 
Lien vers le facebook de l'association : 

 

19 juin 2014

Invitation 1er juillet à 18h au Vent se Lève !

Toute l'équipe des YEUX DE L'OUÏE vous invite chaleureusement à partager cette première soirée…

Invitation.jpg

Du 1er au 5 juillet 2014, "Le Vent se Lève !", tiers-lieu d’art et de culture, donne carte blanche au collectif "Les Yeux de l’Ouïe" pour une cartographie de leur travail. 

Le collectif répond à cette invitation en questionnant nos manières de résister au flux des urgences quotidiennes auquel nous sommes tous confrontés, et appelle à une réflexion sur la nécessité de s’autoriser un temps de disponibilité à la création.

Par delà une reprise des images et des sons produits dans le temps désœuvré de la prison, "Mil’Yeux Ouverts, cartographie des temps qui courent" propose au visiteur un arpentage des temps sous forme d’installation audiovisuelle, et un relevé des itinéraires non balisés comme invitation à une réflexion sur les processus de production en création partagée.

La semaine sera jalonnée par :
des projections, des rencontres, des conversations...


Allumage public de l'installation mardi 1er juillet à 18h.
Projection des films d'Alain Moreau, cinéaste et fondateur des premiers ateliers cinéma à la Maison d'arrêt de Paris-La Santé


Programmation complète à venir.


Info : contact@lesyeuxdelouie.com

09 décembre 2013

À LA LIMITE…TRACES au festival PASSAGGI D'AUTORE

 

arton147.jpg

 

 

 

 

 

 

PASSAGGI D'AUTORE 2013

À LA LIMITE…TRACES

04 novembre 2013

MARDI DU DOC : "Les Munch, soudés à jamais" de Denis Robert

Séance dans le cadre du "mois du film documentaire Lorrain".

Dernier MARDI DU DOC (proposé par Les Yeux de l'Ouïe et la SAFIRE Lorraine) de la saison avec un film brulant d'actualité…

« Les Munch nous rappellent opportunément qu’un ouvrier qui résiste à l’injustice, au fatalisme et à la violence du monde préserve son âme, son identité et reste un homme digne et généreux. » Denis Robert 

 

"Les Munch, soudés à jamais"

Un film de Denis Robert

MARDI 12 NOVEMBRE

projection suivie d'une rencontre - débat avec le réalisateur

au C.I.L. • 20h30 • ENTRÉE LIBRE

9 rue Maréchal Ney / 54000 NANCY

Denis Robert, Munch, documentaire

Au début des années 80, des ouvriers métallurgistes lorrains, dont une majorité de soudeurs, ont tenu un siège de 48 mois dont 31 mois d’occupation, dans leur usine pour sauver leurs emplois chez Munch, à Hombourg-Haut, au cœur du Bassin houiller. Ce film raconte une histoire dans l’Histoire de la lutte ouvrière en Lorraine. Le combat d’un groupe d’hommes prêts à tout pour sauver leur emploi dans un bassin qui commençait à être touché par la désindustrialisation. C’était le début des années 80. La grève commence sous Giscard et les débuts du libéralisme économique et s’achève sous Mitterrand et la fin des espoirs pour une gauche autogestionnaire. Le film est surtout une aventure humaine qui redonne la parole à une poignée de résistants qui s’étaient absentés pendant 30 ans. Le film fait écho à cette autre bataille entamée à Florange autour des hauts fourneaux...

C’est en interrogeant le passé que l’on peut comprendre le présent et préparer l’avenir. Ce film est un travail de mémoire et d'introspection. Le combat des Munch est-il reproductible aujourd'hui ? Lutter comme ils l'ont fait en soutenant un siège de trente et un mois aide-t-il à vivre ? Denis Robert rencontre chacun des protagonistes de l’époque et les confronte avec leurs images du passé. L'un d'eux, Norbert Klein, avait filmé la lutte de l'intérieur. Manifs, confidences, assemblées ouvrières... Ce matériel est d’autant plus précieux qu’il est unique et nous montre qu'en trente ans les lignes ont bougé.

Le combat des Munch était peut être le dernier de cette classe ouvrière repérable, fière et solidaire. 


Une production Citizen Films