Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2009

Rencontre avec Claudio Pazienza

Après la très belle soirée en compagnie de François Caillat

- une salle comble et un très bon débat -

ne manquez pas la venue exceptionnelle de Claudio Pazienza !

dans le cadre des Mardis du Doc

Projection/débat en présence du réalisateur

"Tableau avec chutes"
de Claudio Pazienza

103 mn / 1997 / Belgique / Production Komplotfilms

le mardi 17 mars à 20H30

à l'IECA 10 rue Michel Ney à Nancy

Entrée libre

tableau avec chutes2.jpg

 

Ce film est une enquête autour du tableau Paysage avec la chute d’Icare de Brueghel, qui amène le réalisateur à se poser d’innombrables questions, et en particulier : Qu’est-ce que regarder ? ou Qu’est-ce qui empêche de voir ? ou encore Qu’est-ce qu’un point de vue ? Pazienza interroge inlassablement ses parents, des voisins, des passants mais aussi des philosophes, des chômeurs, des psychanalystes, des hommes politiques, des historiens de l’art… L’autopsie du tableau donne à voir un territoire, la Belgique, mais aussi une époque, celle de la fin des années 1990. Pazienza filme avec un humour surréaliste, entre autobiographie et œuvre documentaire.

tableau avec chutes1.jpg

Claudio Pazienza provoque chez le spectateur autant de questionnements que de jubilation. En 1985, son mémoire de fin d’études en ethnologie européenne portait sur les « Structures narratives dans les contes facétieux de Straparola », et c’est bien ce qu’il est devenu lui-même par la suite : un conteur facétieux !
Claudio Pazienza est  aussi l’homme des paradoxes, on en devient à peu près sûr quand il déclare en 2005, dans un entretien à la Lettre de Films en Bretagne, « En tant que documentariste, la réalité ne m’intéresse pas »… De la même manière, Tableau avec chutes pourrait être contenu dans cette citation de Merleau-Ponty évoquée par un des personnages : « Pour voir il faut avoir un point de vue, tout point de vue limite la vue et sans point de vue on ne voit rien du tout ». Le débat avec ce cinéaste doué et inventif s’annonce très prometteur !

Claudio Pazienza est né en 1962 en Italie. Il vit et travaille à Bruxelles. Il dirige régulièrement des ateliers de réalisation à Lussas ou à la FEMIS.
Plus d'infos sur son site : http://www.claudiopazienza.com

Et deux articles intéressants :      Article Films en Bretagne.pdf et  Article POSITIF.pdf

Nous avions déjà diffusé son dernier film "Scènes de chasse au sanglier" au mois de juin 2008, mais Claudio Pazienza n'avait hélas pas pu être présent pour en parler. Ceux qui ont eu la chance de voir ce film splendide et bouleversant ne manqueront pas Tableau avec Chutes ce mois-ci … !

sanglier_01.jpg

 

09 janvier 2009

Bienvenue à Bataville !

Les Yeux de l'Ouie et la Safire-Lorraine sont très heureux de vous proposer

dans le cadre des Mardis du doc

de voir ou revoir le film de François CAILLAT : "Bienvenue à Bataville"

le mardi 3 février à 20H30

IECA rue Michel Ney - Nancy

Entrée libre

Une occasion unique de rencontrer François Caillat et d'échanger avec lui autour de ce film déroutant, qui serait, pourrait-t-on dire, un "documentaire de fiction" ? Au-delà de l'aspect historique, régional, ou syndical, parler des images, de la forme, et de comment cette forme met en scène un propos …

bataville7.jpg

Bienvenue à Bataville : Tomas Bata, l’homme qui voulait chausser l’humanité entière au siècle dernier, décide dans les années 30 de créer en Lorraine une usine à chaussures, une cité idéale et un modèle de vie : Bataville. Le film nous raconte l’âge d’or de cette utopie patronale : une aventure joyeuse et terrifiante, une mise en scène du bonheur obligatoire.

bataville3.jpg

« Bienvenue à Bataville » est un film qui parle du passé, de la représentation du passé. Avec  l’histoire de Bataville, j’aurais pu faire un film  sur les traces : à la fois les traces industrielles  visibles et les traces en tant que système de  représentation. L’usine était fermée, la cité  tombée en décrépitude, il y avait de quoi  développer une esthétique de la disparition, une  mise en scène du reste. […] c’était une orientation possible puisque, dans mon travail, je cherche souvent à trouver  comment le passé revient jusqu’à nous, comment  ce que l’on vit aujourd’hui peut rester habité par ce qui s’est passé. Mais là, j’ai cherché une autre  manière de procéder.  J’ai voulu traiter l’utopie patronale de Bata  comme une espèce de bulle. Cette histoire montre  en effet une entreprise faisant obstacle à toute  contradiction, où les opposants sont maintenus  dehors et jamais tolérés à l’intérieur, où les grèves  et les syndicats ne sont pas admis mais rejetés  à la périphérie du système […]Pour fabriquer cette bulle, j’ai eu envie de mettre  en scène un système très lisse et fermé. Les  utopies sont toujours des systèmes fermés, quasi  autarciques. J’ai voulu faire quelque chose de  rond, plein - un peu comme un œuf - et aussi  de très faux. D’où cette esthétique du factice qui traverse tout le film. […] F.C.

bataville2.jpg
François Caillat réalise depuis une dizaine  d’années des films documentaires autour  de l’absence, des traces de mémoire, de  l’inscription du passé dans notre quotidien.  Nous l’avions déjà invité en mai 2006, dans le cadre des Mardis du doc, à venir présenter L’Affaire Valérie, et en janvier 2003 pour Trois soldats allemands et La Quatrième génération. Excellent orateur et débatteur, il est également venu, dans le cadre des Leçons de Cinéma du CRI, donner une conférence intitulée "Filmer le réel : comment -et peut-on - échapper à la maîtrise ?" qui avait connu un vif succès !

Il dirige la collection Cinéma  documentaire (débats, textes critiques et  scénarios) aux éditions L’Harmattan. Il est  cofondateur du collectif Gulliver, destiné à  la promotion de films documentaires français  et étrangers, administrateur de Documentaire  sur grand Écran, membre (et ancien président)  de Addoc. Il intervient régulièrement pour  présenter son travail, ou en en pilotage  de films et accompagnement de scénarios  (Atelier documentaire de la Femis, Images en bibliothèques, CNC, etc).

caillat.jpg

FILMOGRAPHIE
Derniers films réalisés :
La Quatrième génération 1997, 80‘, Gloria Films, Ina, Arte
L’Homme qui écoute 1998, 90‘, Gloria Films, Ina, Arte
Naissance de la parole 2000, 56‘, Gloria Films, France 3
Trois Soldats allemands 2001,  75‘, Gloria Films,  Films de l’Observatoire, Ina, RTBF, Arte
Peter Sloterdijk, un philosophe allemand 2003,  55‘, Ina, Arte
L’Affaire Valérie 2004, 75‘, Archipel 33, Ina, Arte
Julia Kristeva, étrange étrangère 2005, 60‘, Ina, Arte
Bienvenue à Bataville 2007, 86‘, Unlimited, Films Hatari, Ina
J.M.G. Le Clézio, entre les mondes 2008, 52’, The Factory, Ina, France 5

 

Pour en savoir plus :

Entretien avec François Caillat  : Entretien avec F. Caillat.doc

Dossier de presse du film :dossier_de_presse BATAVILLE.pdf

Site de Bienvenue à Bataville : http://www.bienvenue-a-bataville.com

 

17 décembre 2008

De l'autre côté

Ne manquez pas une séance un peu spéciale des Mardis du Doc :

Mardi 20 janvier 2009 à 20H00
À l’IECA - rue Michel Ney – Nancy
Entrée libre


Projection/débat

En présence de Anne TOUSSAINT,
réalisatrice, et responsable de l’atelier des Yeux de l’Ouie à la Prison de la Santé



DE L’AUTRE CÔTÉ

Un film de Chantal AKERMAN

akerman.jpg
2002 – France – 90 mn
production : AMIP, Paradise films, CHEMAH I.S, Carré Noir RTBF liège, INA, La Sept Arte, Yle

« Il y a des pauvres qui, au mépris de leur vie parfois, doivent tout quitter pour tenter d’aller survivre, vivre ailleurs. Dans ce film, l’ailleurs, c’est l’Amérique du Nord, et les pauvres sont pour la plupart des Mexicains. Nous sommes tous quelque part, ici, là-bas ou ailleurs. Comment ressentir d’ici ce qui se passe là-bas ? Laissons nous guider par la caméra, son œil semble aussi dévastateur que celui d’un cyclone, balayant lentement mais sûrement, animé d’une force invisible accentuée par un profond silence. » Franck P.

Le choix de ce film est issu d’une programmation(1) au long cours élaborée par des hommes détenus à la prison Paris La Santé, qui participent à l'atelier « En quête d'autres regards » des Yeux de l’Ouie. La projection sera suivie par la diffusion des films qu’ils ont imaginés en écho au film de Chantal Akerman (durée 20 minutes).

Nous prendrons le temps de regarder le film qu'ils ont choisi, puis le temps de nous poser ensemble les questions qui sont les leurs. Une occasion de s’interroger sur l’usage du cinéma documentaire lorsqu’il ouvre la voie de l’autre champ,  “ce qui est montré, mais qui n'est pas dit, ce qui est dit, mais qui n'est pas montré” Florinel.

Pour en savoir plus sur le film, consulter le dossier de presse : dossier presse akerman.pdf

!!! Attention : en raison de la durée totale de la projection ( 90mn + 20 minutes), la séance commencera exceptionnellement à 20H00 afin de laisser un temps raisonnable pour les échanges


D'ici-là, les Yeux de l'Ouie vous souhaitent de belles fêtes chaleureuses
et seront heureux de vous retrouver au mois de janvier 2009


(1) - Une programmation soutenue par : La ville de Paris : mission cinéma - ARCADI - Le ministère de la culture:  DRAC Ile de France - La région Ile de France - Le ministère de la justice: Spip de Paris, Direction régionale de l'administration pénitentiaire 

Les Mardis du Doc quant à eux reçoivent le soutien de la DRAC Lorraine, du Conseil Régional de Lorraine, de la Ville de Nancy et de l'Institut Européen du Cinéma et de l'Audiovisuel


 

 

 

 

26 novembre 2008

La saison 2008/2009 des Mardis du Doc

Hier mardi 25 novembre, un beau démarrage de saison avec le film de Yaël André "Chats errants" et une soixantaine de personnes présentes !

Pour la suite des réjouissances, vous pouvez d'ores et déjà noter dans vos agendas :

- mardi 20 janvier à 20 heures : "De l'autre côté" de Chantal Ackerman, suivi de 4 films (env 5 minutes chacun) réalisés par des détenus de la Prison de la Santé à Paris autour du film de Ch. Ackerman, suivi d'un débat avec Anne Toussaint, responsable de l'atelier audiovisuel

 

- mardi 3 février à 20H30 : "Bienvenue à Bataville" de François Caillat ; même si vous l'avez déjà vu lors de sa sortie nationale, venez échanger avec F. Caillat autour de son film déroutant et envoûtant à la fois

 

- mardi 17 mars à 20H30 : "Tableau avec chute" de Claudio Pazienza ; ne manquez pas la venue de ce réalisateur qui va se faire de plus en plus rare dans les débats, son emploi du temps devenant pléthorique avec le succès qui s'accentue ! Un film splendide et drôle aussi, qui ne vous laissera pas indifférents

toutes ces soirées à l'IECA - Entrée libre

plus de détails ici au fur et à mesure …

et n'oubliez pas que venir, c'est nous soutenir !

à très bientôt