Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juin 2011

Soulages, le noir et la lumière

Pour le troisième numéro des Apéro-documentaires de la Douëra consacrés cette année aux films sur l'art et les artistes, la Ville de Malzéville et Les Yeux de l'Ouie ont le plaisir de vous inviter à la projection de

 

Soulages, le noir et la lumière

le mercredi 29 juin à 19h00 à la Douëra, 2 rue du Lion d'Or à Malzéville

Entrée libre

un film de Jean-Noël CRISTIANI - 52 mn - 2008 - France

Production Pom Films

Pierre Soulages.jpg

photo Vincent Cunillières

 

"C'est ce que je fais qui m'apprend ce que je cherche" : en montrant les gestes de son travail, Soulages nous conduit au plus près de l'incertitude et du mystère de la création. Rarement un peintre aura su aussi clairement parler de sa peinture, comme il le fait ici devant ses toiles.

Un magnifique portrait de Pierre Soulages, filmé dans ses ateliers de Sète et de Paris ou au Musée, où il nous raconte actes fondateurs et rencontres essentielles.

 >>> Pour plus d'infos, consultez le dossier de production : NOTE INTENTION.doc

 

06 septembre 2010

Les yeux bandés

 

Bienvenue sur notre blog !

Notre saison 2010-2011 commence avec le troisième Apéro documentaire de la Douëra :

Mercredi 29 septembre 2010

à la Douëra 2 rue du Lion d'Or à Malzéville

19h00 - Entrée libre

 

Cette soirée sera consacrée à une rencontre avec le réalisateur Robin HUNZINGER,

autour de son film

"Closing your eyes" -  52 mn - 2006 - Real Production

En Cisjordanie, trois villes palestiniennes dépérissent lentement, étouffées entre des murs : Naplouse la révoltée, vivante et bruyante, Hébron la résignée, vide et silencieuse, et Qalqilya qui se meurt …

Un habitant nous dit : "Personne ne s'intéresse à nous, les gens s'intéressent à la paix, mais pas à ce que nous vivons ici, tous les jours". C'est bien ce que fait Robin Hunzinger, s'intéresser à ce quotidien irrespirable. Il nous montre les tragiques conditions de vie de toute une population, ruinée économiquement, écartée de l'accès à l'éducation et même parfois de l'accès aux soins. Vivre entre ces murs, c'est comme vivre les yeux fermés.

 

qualquilia.jpg

Troisème volet de notre cycle portant en filigrane le thème de l'enfermement, après la vie en prison et les personnes atteintes du syndrome de Diogène, ce film nous montre une population enfermée à l'air libre, entre des murs, entre des check points, entre des mitraillettes. Un palestinien nous dit qu'il n'y a pas de différence entre eux et les animaux d'un zoo : le gardien passe de temps en temps pour les nourrir, quand il y a à manger, et la vie consiste à attendre sans pouvoir rien faire. Par moment, la caméra elle aussi a les yeux bandés, éteinte, ne laissant à l'écran qu'une image noire, attestant de l'impossibilité de témoigner.

 

naplouse.jpg

 

>>> Pour en savoir plus :Critique Telerama.pdf

>>> Une manifestation organisée par la Ville de Malzéville et les Yeux de l'Ouie

 

 

 

 

 

24 juin 2010

Doc à la Douera, deuxième !

Dans une semaine :

la deuxième édition des Apéros documentaires de la Douera

le mercredi 30 juin à 19H00

à la Douera, 2 rue du Lion d'or à Malzéville

Entrée libre

 

avec la diffusion d'un documentaire sonore de Stéphane Manchematin

"Au pays des Diogène" (52 mn)

suivie d'un débat avec le réalisateur

Le syndrome de Digène : un trouble du comportement peu connu, qui affecte des hommes et des femmes qui entassent dans leur logement des tonnes de journaux, papiers, vêtements, poubelles, détritus… au point parfois de ne plus disposer que d'un ou deux mètres carrés pour vivre dans un appartement où on ne peut plus se déplacer et qui est souvent devenu totalement insablubre.

 

DIOGENEvisuel.jpg

Photo Magali Girardin

Stéphane Manchematin ne fait pas que nous délivrer des informations, il nous raconte une histoire urbaine qui nous tient en haleine, mêlant témoignages touchants de personnes présentant ce syndrome et commentaires des professionnels amenés à les prendre en charge : assistantes sociales, services municipaux, psychiatres, entreprises spécialisées dans l'assainissement des locaux insalubres…

Un travail sonore d'une grande puissance évocatrice, qui nous amène à nous poser une question supplémentaire : finalement, avons-nous toujours besoin des images ?

 

>>> En savoir plus :Au pays des Diogène.doc

>>> Une manifestation proposée par la Ville de Malzéville et les Yeux de l'Ouie

30 mars 2010

Une nouveauté 2010 !

Bonne nouvelle pour les amateurs de documentaires d'artistes !

A la demande de la Ville de Malzéville, et en partenariat avec elle, Les Yeux de l'Ouie mettent en place un nouveau cycle consacré au documentaire de création, intitulé

Les Apéros documentaires de la Douëra.

L'expérience commencera avec 3 séances sur les 9 mois restants de 2010, et plus si affinités en 2011 ! Les séances auront lieu le dernier mercredi du mois, une fois par trimestre. Elles se dérouleront en présence du réalisateur, afin de permettre un échange avec le public autour des questions liées au documentaire : Comment filmer le réel ? Quels choix ont été effectués pour servir le point de vue de l'auteur ? … Pour cette saison, nous avons choisi une thématique de réflexion autour de la notion d'enfermement, et le premier volet vous sera proposé

le Mercredi 28 avril à 19h00 à la Douëra - rue du Lion d'Or à Malzéville

Entrée libre - Apéro offert

avec la projection de

Sans elle(s),

en présence des réalisatrices Anne Toussaint et Hélène Guillaume

 

PARLOIR.jpg

 

Dans le cadre de l'atelier "En quête d'autres regards" mis en place à la Prison de la Santé par les Yeux de l'Ouie, sept détenus mettent en images et en paroles leurs vies en prison, leur univers fantasmatique, leurs craintes et aussi leurs espoirs. En contrepoint, les réalisatrices ont choisi de faire témoigner, au-dehors, les femmes des prisonniers. Elles nous parlent de l'étrangeté de leurs vies, de l'absence de l'autre et de leur propre solitude.

DESSIN.jpg

"Parler de la prison au travers de l'absence est une façon d'aborder la question de la peine, de l'enfermement carcéral, celui de la rupture sociale obligée qui exclut le regard de l'autre et altère la relation sociale et affective.L'absence crée la distance entre soi et le monde, engendre l'angoisse, fait surgir la présence du désir et provoque le repli sur soi pour y échapper."

PAPIER.jpg

 

Sans elle(s) de Anne Toussaint et Hélène Guillaume / 58 : 00 / 2001 / France

Co-auteurs : Abdel, Guillaume, Jean-Louis, Jean-Luc, Farouk, Joseph, Arno

Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la communication, de la Délégation au développement à l'action territoriale, du CNC, des Films A4, des Ecrans documentaires en Val de Marne, d'INfinimage, du Cercle culturel de la Maison d'arrêt Paris la Santé, de la Direction des Services Pénitenciaires d'insertion et de probation de Paris, de la Direction régionale de l'Administration pénitentiaire.

>>> Pour en savoir plus sur les ateliers des Yeux de l'Ouie : http://www.latelierdesyeuxdelouie.com